Par hasard, je suis tombée sur ce livre. Sentiment étrange de trouver quelqu'un qui dit, qui écrit aussi exactement ce que je ressens ces jours-ci. Est-ce que ça peut m'aider à y voir plus clair?

le sujet : "C'est l'histoire d'une femme qui, indépendante et habituée à travailler seule dans son atelier, intègre une grande entreprise. Elle n'a pas le choix, croit-elle. L'argent, l'urgence...elle découvre l'enfer des relations sociales contraintes, de la hiérarchie, des jeux de pouvoir et d'un travail dépourvu de sens. "

extraits :

bleu"Les nuits engloutissent les jours. Les jours rongent les soirs. Les soirs dévorent les nuits. Le trou s'élargit dans votre vie. Gouffre. Vol des heures. Le temps dérobé s'évanouit. Présent étouffant. Poids dans la tête. L'effort requis pour la traversée de cet espace incertain écrase vos (chères) pensées. Repoussées, érodées, effacées. Pour rien. Pour de l'argent. (...) Vous ne voulez pas devenir ça. C'est tout. Non. C'est non. (...) Ce que vous êtes, voulez-vous le croire, n'est pas, ne sera pas perdu. Non, c'est caché. C'est pour un temps. Cela reviendra. Après.(Quand?) Respirez. (...) Tenir!(...) Et si ça ne revenait plus? (Où sont vos rêves?) (...) Ici vous façonne. Vous tue. (...) Tiendrez-vous? Pas sûr.(...) C'est dangereux de ne pas prendre soin de ce que l'on est, de ses rêves."

***

"Le travail, oui c'est ça. Le travail remplit sa vie. Vous (c'est tout le contraire), votre vie le travail la vide. (...)Payer l'ennui (drôle de monde). Vous, ce n'est pas cela, ce que vous voulez. (Que voulez-vous?) Vous, vous voudriez, vous voulez faire des choses qui, vous ne savez pas, oui, qui veulent dire quelque chose (ou qui essayent au moins de le faire). C'est cela que vous voulez. Voilà. (Et vous attendez quoi?)."

"L'argent, l'urgence" Louise Desbrusses (P.O.L.)

***

En attendant, et comme je mène toujours une foultitudes de projets tricot de front, bientôt sur mes aiguilles, du bleu, du blanc, de l'anthracite.